Tarif de la Tour Eiffel

Histoire de la tour Eiffel

La Tour Eiffel est une structure métallique conçue par l'ingénieur français Alexandre-Gustave Eiffel pour l'Exposition universelle de 1889 à Paris, organisée pour commémorer le centenaire de la Révolution française.

Le projet d'une tour de 300 m de Gustave Eiffel

Gustave Eiffel, après avoir fabriqué ses armes dans une société d’études où il a réalisé ses premiers ponts, a travaillé de manière indépendante puis a créé sa propre entreprise qui multipliera les travaux dans le monde entier. En 1884, son entreprise de construction est florissante, elle a de nombreux projets et plusieurs chantiers de construction ouverts. Il a construit des ponts, des gares, des pylônes et même la structure interne de la Statue de la Liberté. Il est évident que son entreprise emploie un grand nombre d’employés, une stricte hiérarchie comme au XIXe siècle et des hommes efficaces à la tête des services. C'est ici que commence réellement la tour. Mauric

e Koechlin était le responsable du bureau d’études de la société Eiffel. Émile Nouguier, c'était le chef du bureau des méthodes, chargé d'établir de véritables moyens pour la construction des structures. Ils ont conçu le projet d'une tour de fer de 300 mètres de haut, répondant au défi technique implicitement lancé par la communauté des architectes du monde entier. Ce n'était pas le premier projet, mais il était relativement réaliste. Il se présentait sous la forme d’une pyramide composée de 4 piles de métal joignant leur sommet. Les 4 piles étaient reliées par une plaque tous les 50 mètres, il y en avait donc 5, de plus en plus petites. Malgré tout Gustave Eiffel refuse de faire cette tour, mais les encourage à poursuivre leurs études sur ce sujet. Il faut dire que l'exposition universelle de 1889 était déjà planifiée et qu'il avait en tête de construire cette tour comme porte d'entrée de l'exposition. C'était un projet de construction, car non seulement il n'était pas sûr de pouvoir construire cette tour, mais il devait quand même être autorisé à le faire et il disposait également d'un temps précieux. Néanmoins, le premier projet de Nouguier et Koechlin, présenté en juin 1884, a été refusé. Puis, dans le projet, Stephen Sauvestre, un architecte qui a révisé la conception grâce à un œil à la fois nouveau et architecte. Ce n'est plus un projet d'ingénierie, mais un projet d'architecte, et cette différence fait tout, aux yeux d'Eiffel. Sauvestre redessine les plans, déplace les piles de piédestaux de maçonnerie, courbe les batteries un peu plus qu’à l’avant-plan et les lie par deux plates-formes, l’une à mi-hauteur de la jonction des piles, la première à la jonction. Il ajoute une 3ème plate-forme de maintien au sommet et ajoute des arches qui assurent la solidité de la base. Il modifie également un peu l'esthétique en ajoutant un clocher en haut.

C'est ce projet qui sera le projet définitif. Gustave Eiffel y croit et pense sincèrement que cette tour peut être réalisée. Le 18 septembre 1884, il déposa un brevet expliquant comment ériger une tour en métal de 300 m, dont le titre exact est:


Nouvel arrangement pour la construction de pylônes et de tours en métal jusqu'à 300 mètres Ce brevet est déposé au nom de Gustave Eiffel, Maurice Koechlin et Emile Nouguier, mais le propriétaire voit bientôt son intérêt et rachète les actions de ses employés. C’est pourquoi la tour portera son nom et les noms de Koechlin et Nouguier sont oublié quand ils ont dessiné les plans, avec Stephen Sauvestre.

La structure métallique

C'est le 1 er juillet 1887 que la construction de la pièce en métal a commencé. Au début, l’assemblage était simple: les travailleurs ont récupéré les pièces prépeintes fabriquées dans l’usine et les ont assemblées à partir du sol, d’échafaudages bas et de grues. Mais à partir de 30 m d’altitude, il n’était plus possible de construire 12 échafaudages spéciaux en bois, puis à partir de 45 m d’échafaudages plus solides mais plus solides, capables de recevoir les poutres de 70 tonnes du premier étage. C’est grâce à eux que les ouvriers ont pu assembler les pièces formant la première plate-forme, à une hauteur de 57 m, jonction terminée le 7 décembre 1887, au milieu de l’hiver. De là, les échafaudages ont été montés au premier étage afin de poursuivre la construction jusqu’à 115 m de hauteur où la deuxième jonction a eu lieu, achevée le 14 août 1888. Le reste a donc été fait jusqu’au sommet, sachant que quatre piles n'en ont fait qu'une, le travail est devenu plus facile.

Les pièces de la tour ont été fabriquées dans les ateliers Eiffel, à Levallois-Perret. La plupart ont été assemblés dans l'atelier, maintenus ensemble par des boulons temporaires. Ainsi, les ouvriers qui ont escaladé la tour sur le chantier (ils s'appelaient des voltigeurs) avaient moins de travail, il suffisait de positionner les éléments et de remplacer les boulons par des rivets définitifs.

La construction de la tour n'a pas posé de problème particulier, le site, bien attendu, a été achevé avant la date limite. Il convient de noter que la grève des travailleurs, à l'approche de l'hiver 1888, exigeait de meilleures heures de travail et une prime de risque, compte tenu de la taille à laquelle ils travaillaient. Gustave Eif

Tour Eiffel
Tour Eiffel

Prix des billets pour monter à la tour eiffel

Le tarif tour Eiffel varie en fonction de l'age du visiteur et du mode de montée choisi : soit par l'escalier jusqu'au 2 eme étage soit en ascenseur pour toute la montée jusqu'au dernier étage où la vue est la plus impressionnante.

La construction de la tour n'a pas posé de problème particulier, le site, bien attendu, a été achevé avant la date limite. Il convient de noter que la grève des travailleurs, à l'approche de l'hiver 1888, exigeait de meilleures heures de travail et une prime de risque, compte tenu de la taille à laquelle ils travaillaient. Gustave Eiffel a cédé la prime qu'il a augmentée, bien qu'il ait noté que les travailleurs soient mieux payés sur ce site que sur un autre, mais a refusé d'indexer la prime sur la hauteur de travail, le risque étant le même, quel que soit le type de travail. la taille.

Le chantier employait au maximum 250 personnes, ce qui était déjà assez bon et malgré les risques encourus, aucun décès ne devait être déploré. Signalons néanmoins l'anecdote de cet ouvrier qui a monté sa fiancée sur la tour un dimanche, un jour chomé, et qui est tombé à la suite d'une perte d'équilibre. Cette mort, aussi effrayante soit-elle, ne peut être attribuée au site de construction lui-même.

À la fin de la construction, en mars 1889, la tour avait une hauteur de 300 m, mais sa taille passa à 324 m lors de l’installation des antennes radio quelques années plus tard. C'était la plus haute structure jamais construite par l'homme. Il a gardé ce record pendant longtemps avant d'être battu en 1930 par l'immeuble Chrysler à New York. Le poids initial de la tour était d'environ 10 100 tonnes.

Tout commence avec le domaine de l'écologie. En février 2015, deux éoliennes d'une capacité de 10 MWh par an ont été installées sur la tour pour marquer la transition vers une gestion plus écologique de l'énergie dépensée. Il convient de noter à cet égard que c'est précisément en novembre 2015, pendant 15 jours, que s'est tenue la COP21 à Paris, une réunion des dirigeants mondiaux pour normaliser les actions mondiales en matière de lutte contre le réchauffement climatique. A cette occasion, la tour Eiffel était équipée d'un éclairage original. Les plantes se sont développées à partir de l'un des piliers et se sont développées sur toute la structure de la tour Eiffel. Après quelques secondes, elle disparut pour en laisser grandir une autre. Qu'est-ce qui a déclenché le tournage? Une application mobile permettant à chacun de faire un don pour une association écologique. Chaque appel fait pousser une nouvelle plante. Original comme idée, non?

En novembre, une attaque terroriste a secoué la capitale, mais l’onde de choc s’est étendue à la France puis au monde entier. Pendant les quelques jours qu'a duré l'état de choc, la Tour Eiffel est devenue le symbole des victimes du terrorisme dans le monde. Un symbole dessiné sur la base de celui du mouvement "Peace and Love", retravaillé pour l'occasion avec une tour Eiffel stylisée. Le lendemain des attentats, la tour Eiffel est restée fermée, tout comme le lendemain, et elle a été éteinte pour marquer le deuil. Les jours suivants, elle s'était parée des couleurs de la France, à l'unisson d'un grand nombre de monuments dans le monde. Voir l'éclairage de la tour Eiffel